{ Kawai RPG }


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alia | Candidature écrivain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Alia | Candidature écrivain   Jeu 24 Jan - 18:06

Salut ^____^



Je suis intéressée par le rôle d'écrivain sur le forum comme j'en avais parlé à Saya par MP.

Quel est votre style d'écriture dans le cadre d'un RPG ?
J'écris un peu de tout. J'ai déjà fait le background d'un RPG-école, d'un autre se déroulant après l'apocalypse ou encore d'un RPG réaliste... J'en ai fait dans beaucoup de domaines et je ne saurais tous les citer en fait.

Donnez un exemple de ce que vous écrivez, ou faites un petit texte free style.

A ma chère et tendre :


Citation :
Paris, le 2 juillet 2007 à 1h du matin.

A ma chère et tendre,

Ton absence se fait de plus en plus pesante en ce moment, ça passera, comme tu dis. D'ailleurs, j'ai quelque chose à t'annoncer, mais je voulais quand même que tu saches que, malgré l'évidence que tu sois loin de mes yeux tu continues à être omniprésente dans mon coeur. Je sais, je ne t'avais pas écrit depuis ton départ. Tu dois te demander comment je me porte après tant de temps... Eh bien on fait ce qu'on peut même s'il y a quelques hauts face à beaucoup de bas... Enfin, on ne va pas s'attarder sur des choses aussi futiles maintenant que je sais de quoi te parler.

Voilà maintenant deux ans que tu es partie, deux longues années durant lesquelles j'ai eu tout mon temps pour observer en profondeur le genre que l'on nomme humain. Je n'ai qu'une conclusion : les humains n'ont rien d'humain, je ne sais même pas comment le mot humanité, avec la définition qu'on lui a donné, a pu être formé sur le nom que l'on donne à ces êtres. Chaque jour, je découvre de nouvelles atrocités, soit je les lis dans les journaux, soit je les vois à la télévision. Mais, parfois, elles se déroulent devant moi, à Paris même, dans cette ville que l'on dit civilisée. Hormis les meurtres, viols ou autres actes bien définis et parfois punis, règnent sur la ville les complots, les mensonges, les trahisons et tant d'autres choses que jamais je ne pourrai citer par crainte d'en laisser dans l'oubli. Parmi tout cela, je ne trouve rien que l'on puisse qualifier de bon. Je n'accuse pas le monde entier, mais la majorité du genre humain est, depuis toujours, corrompue jusqu'au plus profond de ce qu'il dit posséder, son âme.

Peut-être auras tu besoin d'un exemple concret pour comprendre, il est possible que tu aies échappé à ces visions horribles même si je doute que, comme les seuls hommes et femmes qu'on pourrait presque qualifier de purs face à tant de malheur, tu aies fait semblant d'ignorer cela pour vivre un bonheur factice. Je suis sorti, hier, dans les rues polluées et extrêmement bruyantes de cette chère capitale française. Ce que j'y ai vu ? Des ivrognes tentant d'oublier les affres de la vie, des mendiants que tout le monde évite, des gens s'insultant, des clans opposés de jeunes ou moins jeunes prêt à s'entre-tuer... Mais ce qui m'a le plus perturbé dans tout cela c'est la vision d'enfants qui ne devaient pas avoir passé les 7 ans et qui jouaient à "Pan ! Pan ! Je te tue !" et des mères, à côté, riant de la manière dont l'un de ces chérubins s'écroulait par terre. On a tous joué à ce jeu horrible, on s'est pris pour des soldats partant en guerre et tuant les ennemis sans se rendre compte de la tristesse de la chose. On était trop petits pour comprendre. On pardonne plus facilement aux plus jeunes. Cependant, ces femmes à côté, ces dames qui riaient alors qu'en même temps un vrai soldat était peut-être en train de mourir, alors qu'un enfant comme celui qui venait de "s'écrouler" mourait peut-être de faim à l'instant même où elles gloussaient... Je n'ai rien dit, j'ai passé mon chemin. Tu sais, mon ange, je ne pouvais pas leur en vouloir parce qu'on ne leur a pas dit de ne pas réagir comme ça. On ne les a pas arrêtées non plus quand elles jouaient à la guerre en leur montrant le mauvais exemple.

Je crois que j'ai trouvé pourquoi on - enfin si je peux encore dire "on", si je peux encore nous regrouper avec le reste de l'espèce humaine - hurle quand on sort du ventre de notre mère. On découvre le monde dans lequel on va vivre et on se retrouve tout à coup contaminé. C'est une maladie étrange que la vie, on souffre physiquement quand on né car on perd notre innocence puis on vit sans ressentir cette souffrance physiquement, juste mentalement et enfin on meurt de la pire des manières, c'est probablement pour ça d'ailleurs que les gens ont peur de la mort, à ce moment là on ressent à la fois cette douleur morale qui s'est insidieusement agrandie en nous pendant toutes ces années mais aussi une souffrance physique qui met fin aux battements de notre coeur. A croire qu'il vaut peut-être mieux mourir jeune et rapidement, c'est peut-être ce que les suicidaires ont compris.

Enfin, on va finir sur une note plus heureuse, tu veux bien ? Je regrette de ne pas t'avoir suivie quand tu est partie, d'être resté à Paris, me disant qu'il y avait encore quelque chose à faire alors que je ne pouvais rien changer... J'ai donc décidé de te rejoindre, je serai bientôt là.

Je t'aime.

Une fois sa lettre achevée, le jeune homme la plia soigneusement, écrit (ou écrivit, si c'est accepté...) simplement le prénom et le nom de sa bien-aimée sur l'enveloppe et rangea ses affaires. Il allait partir. Tout de suite. Il ne servait à rien de rester ici comme il l'avait écrit quelques minutes plus tôt. Il alla à la salle de bain et attrapa ce qui lui serait nécessaire tout en profitant de ce passage pour remettre sa coiffure en ordre. Il serait présentable devant elle.
Il se coucha sur le lit et regarda la l'objet métallique qui reposait dans sa main, sa dureté et son aspect glacial lui rappelaient celle des hommes. En effet, la lame était dure et froide lorsqu'elle sectionna son poignet et atteint sans peine les vaisseaux sanguins...
Peu de temps après, l'amoureux avait retrouvé sa chère et tendre.


Ma malédiction :

Citation :
Cette question, c'est toujours la même. Je ne peux pas en poser une autre. J'en ai pourtant des plus faciles qui me permettrait d'en finir plus rapidement. Au lieu de ça, à chaque fois que j'énonce mon énigme, je vois leur tête déjà effrayée (parce qu'ils ne sont pas aussi courageux que ça) se décomposer. Ils savent qu'ils n'auront pas la réponse et qu'ils finiront comme les autres dès la seconde suivant la fin de ma phrase. Et moi, je les tue un à un.

Je n'ai pas toujours été comme ça contrairement à ce que croient les gens. Autrefois, je me tenais debout sur mes deux jambes et j'étais pourvue de deux bras. C'était avant. J'étais comme vous et je suis un jour tombée amoureuse, c'était normal. Amoureuse au point de pouvoir tuer pour cet amour, c'était peut-être un peu moins normal. Supprimer quiconque s'y opposerait ou tenterait quoi que ce soit contre lui. Il faut me comprendre, j'étais heureuse et j'avais tout ce que j'aurais pu désirer. Moi, une fille de potier qui avait vécu toute son enfance dans le besoin ayant pour seul lit quelques brins de pailles jetés dans un coin d'une pièce de 3m² qui nous tenait lieu de maison. Moi, la jeune et pauvre femme des contes de fée qui finit par épouser un prince, vit heureuse avec lui et a beaucoup d'enfants. N'est-ce pas normal d'être capable de tout pour rester dans cette situation si douce ?

Tuer. C'est la seule chose que j'ai eue à faire quand Héra (oui, la vertueuse Héra au mari infidèle) s'est elle aussi éprise de cet Apollon. Du père de mes enfants. Ça n'arrive pas dans les contes de fée, c'était la fin du rêve. Il dormait quand je suis passée à l'acte alors il n'a pas pu réagir assez vite et je pense même qu'il n'a pas compris à temps. Ça devait lui paraître trop fou, impensable mais c'était pour notre bien, celui de notre amour et de nos enfants. Malgré toutes ses qualités, il n'aurait pas pu résister et je ne lui en voulais pas pour ça. J'ai posé mes mains sur son cou et, doucement, j'ai serré jusqu'à ce que mort s'en suive.

Ne me jugez pas ! Ce n'était pas ma faute, j'étais obligée. J'ai été surpassée par la puissance des dieux. La seule chose que j'aurais pu faire d'autre c'est mettre fin à mes jours mais j'ai fait une erreur de calcul. Il est plus facile de tuer quelqu'un d'autre, même si c'est une personne que l'on aime plus que tout, pour se protéger que de se tuer pour les protéger. J'ai été lâche. Je me sens coupable si ça peut vous rassurer.

Quant à la déesse des dieux, elle l'a su et ça ne m'a pas étonné. On ne peut rien cacher aux dieux, je n'ai rien essayé de cacher. Mais j'ai fait une erreur de calcul, certes les dieux savent tout mais aussi ils sont et se sentent supérieurs. J'ai cru qu'elle nous, ce qui restait de ma famille et moi, laisserait tranquille après la mort de ce qui l'avait attirée. Une grosse erreur. Cette femme ou plutôt déesse est possessive et fière, elle n'a pas supporter que l'objet de ses désirs lui ai été dérobé qui plus est par une simple humaine. C'est elle qui a fait de moi ce que je suis maintenant, c'est elle qui me punit en m'obligeant à tuer à nouveau mais sans mes mains cette fois. C'est elle qui a tué mes enfants et m'a retiré mon corps. Maintenant, tout ce qui me reste ce sont mes yeux. Pour pleurer quand la route est désertée par les hommes craignant pour leurs vies. Maintenant, j'attends mon rédempteur, posant toujours cette même question :

"Quel être, pourvu d'une seule voix, a d'abord quatre jambes, puis deux jambes, et trois jambes ensuite ?"

Que quelqu'un leur dise que c'est l'homme !


Je préfère la deuxième mais la plupart des gens préfèrent la première alors j'ai donné les deux. Pour la deuxième, le personnage est le sphinx et c'est inspiré d'un article de wikipédia contenant ces informations-là : "Son nom provient du grec ancien Sphínx : « l'étrangleuse ». Envoyée par Héra en Béotie suite au meurtre du roi de Thèbes"...

Quelles sont vos motivations ?
Soyons franche, je ne pense qu'à moi en demandant ce poste. ^^"
Tout d'abord et surtout parce que je prends beaucoup de plaisir à écrire et que je n'aspire qu'à une chose : m'améliorer. Je pense que c'est un très bon moyen pour s'entraîner que d'être écrivain sur ton forum.
Ensuite parce que j'aime que les forums aient un beau design, un background bien écrit et contiennent le moins de fautes possibles et ce type de forums est de plus en plus rare. Je ne prétends pas avoir une orthographe parfaite et une imagination hors du commun mais j'essaie de faire de mon mieux.

PS : on ne voit rien dans les citations >___<
Revenir en haut Aller en bas
Saya
• Fondatrice - CULLEN ADDICT ♥♥
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4770
Age : 26
Nombre de forums créés : Beaucoup trop --\'. Hum environ bien 20 xDD mais mtn plus 4 a mon actif =)
Mangas /livres préférés : Death note, Ergo proxy, D Gray man ,hellsing, Claymore etc
Phrase du moment : Bioup ._.
Lien de votre Echoppe : Wandering Star
Date d'inscription : 29/04/2007

Monnaie
Pièce d'Or [ PO ]: 49885

MessageSujet: Re: Alia | Candidature écrivain   Jeu 24 Jan - 18:27

Accepter miss ^_^
Comme je te l'est dis j'aime beaucoup =D

Pour citation je sais mais niveau graphisme c'est Kathleen qui s'en occupe ^0^

Sur ce, bienvenue dans l'équipe !

_________________


Merci ma lumière *0*
Hihi mon fofo chéri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marchands.goodbb.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alia | Candidature écrivain   Ven 25 Jan - 19:36

Merchi bien ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alia | Candidature écrivain   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alia | Candidature écrivain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ Kawai RPG } :: Au début ~ Là où y a tout ce qu'il faut savoir et faire savoir ! :: Ce que la team sait faire ! :: Écrivains-
Sauter vers: